à l’oreille





Cadence de Mulidine

Par LeBeauSon - septembre 2017


Cadence de Mulidine,
pourquoi vouloir changer un classique ?

Le savoir-faire de la marque, défendu aujourd’hui par Marc Fontaine, tient d’abord d’une volonté quasi monacale de reproduire la musique sans rien ajouter, ni retirer.

Cette approche, en tous points louable, permet d’oublier les enceintes au profit du spectacle qu’elles proposent. L’esthétique de l’enceinte faite de courbes tendues, n’est pas du goût de tous, mais elle reste sobre et élégante. Là encore, tout pour la musique, comme le chantait quelqu’un, ce qui oblige à certains partis pris pour ne pas faire grimper le prix, et ne rien sacrifier aux qualités musicales. Là encore, nous saluons ce choix !

De dimensions parfaitement logeables, ces enceintes s’accommoderont de pièces réduites, comme de plus généreuses du fait de leur polyvalence. Elles sont déclinées en plusieurs placages bois, mais aussi plusieurs couleurs de laque. Place à la modernité : à vous de la personnaliser à la commande selon votre intérieur.

MULIDINE CADENCE2 710X467

Première impression d’écoute : La vache !

Leur capacité à remplir la pièce, avec naturel, est incroyable. On se croirait face à des colonnes plus ambitieuses, plus grosses, plus hautes. C’est tout simplement épatant.

La curiosité pique immédiatement, que vais-je écouter ensuite ? Ce sentiment de boulimie connu des passionnés de musique gourmande, face à un nouvel appareil enjoué, fait effet presque immédiatement. Un très bon point.

Dès les premières mesures, le goût de la musique est juste, savoureux, d’une définition remarquable. A n’en pas douter, voilà une paire d'enceintes que je vais avoir du mal à restituer à son concepteur, après demain.

Mais alors que valent les versions optimisées Cadence + et Cadence ++ ?

Je vais creuser et vous ferai part de mes impressions dans un futur article, promis. Mais revenons aux Cadence "base".

Sur l’introduction et Rondo Capriccioso Op.28 de Camille Saint Saëns dirigée par Gennadi Rozhdestvensky, le Stradivarius de Pierre Amoyal vole, rebondit avec une justesse de timbre remarquable. On perçoit sans difficulté l’intensité, la puissance des passages plus appuyés par l’orchestre. Un grand moment.

Quant au jeu de batterie d’André Ceccarelli sur la plage ouverture de l’album Sud, enregistré avec Sylvain Luc et Jean-Marc Jafet, que dire … c’est tout simplement incroyable de vraisemblance. Les fûts retrouvent leur place dans l’espace, parfaitement différenciés, résonnant de toute leur peau.

La suite détaillée ci-dessous :

Caractéristiques techniques

Caractéristique :
Enceinte 2 voies

Equipements :
Haut-parleur Grave : 169 mm, membrane papier, réalisé sur cahier des charges spécifique
Haut-parleur aigu : ruban,

Sensibilité : 92 dB 2,83V 1m
Bande passante :
40Hz à 40Khz +/- 2dB
Impédance :
4 ohms Nominale
3,8 ohms Minimum
Puissance : 100 W
Connexion :
Monocablage recommandé Bicablage prévu

Dimensions :
Largeur : 20 cm
Profondeur : 28 cm
Hauteur : 92 cm
Poids : 20 Kg

Finitions :
Noyer, Meriser, Erable, Acajou

En option : laques noire, blanche, nuancier RAL, brillante, satinée, mate, carbon Touch

Nous voilà au moment d’évaluer ces incroyables colonnes.


SCÈNE SONORE

Celle-ci est parfaitement en place, ne souffre d’aucun flottement et permet la lecture des arrière-plans sans contrainte, étonnante et juste. Les instruments ne sont pas de tailles exagérées, encore un bon point. Allez, pour faire le difficile, même si c’est injuste tant ces colonnes sont surdouées, nous constaterons une limite en hauteur, compte tenu de la taille de l’enceinte et peut-être une profondeur de la scène manquant d’une pointe d’extraversion. Mais ces qualités sont aussi celles de produits valant beaucoup plus cher. Voilà bien la limite de l’exercice.


ÉQUILIBRE TONAL & RICHESSE DES TIMBRES

Un sans-faute ? Peut-être. Cette enceinte donne l’impression d’être à l’aise avec tout type de musique et ne se livre jamais à une forme d’exagération, ne laissant aucun sentiment de manque. Au contraire, sa richesse harmonique permet d’apprécier un piano ouvert ou fermé, de la frappe de la touche jusqu’à l’entière extension de la note. Les jeux de guitares révèlent toute la longueur de note depuis l’instant du pincé de la corde. Mais le plus frappant est sans doute l’accord parfait entre densité, matière et délicatesse qui fait de l’écoute un moment si agréable.
Ces Cadence donnent « en-vie ».


RÉALISME DES DÉTAILS

Jamais on ne souffre d’un manque de définition.

Et les couleurs, l’épaisseur des instruments restent à tout moment crédibles. Mis à part ce léger manque de profondeur et de hauteur dû peut-être à la taille de l’enceinte (à moins que ce ne soit du ressort de nos électroniques ou de la pièce), qui n’a rien de rédhibitoire, loin de là, ces enceintes sont décidemment très agréables à écouter.


QUALITÉ DU SWING

Ces Cadences vous emporteront, que vous écoutiez du classique ou un rock plus poilu. Elles ont ce sens inné de la musique, sans tricher, sans en rajouter injustement, abusivement. Il se peut que vous ayez, comme nous, envie de danser dans votre fauteuil, de la tête ou du pied.


PERCEPTION D’ENSEMBLE

Pas besoin d’en rajouter ? Vous avez compris ?
Allez, encore un peu … Parfois, contre toute attente, alors que des écoutes sur divers salons ne nous avaient pas enthousiasmé outre mesure, se produit un moment de grâce. Plus apte à recevoir ? Sans doute.

Ces enceintes vous emmèneront volontier au bout de la nuit.

Et dire que je dois les rendre après-demain ...

 

 

Banc ecoute